Retour Mise en place réseau

Compte rendu première rencontre du 10 février 2012 à Saint-Mathieu de Tréviers


Cette rencontre avait pour but une prise de contact entre les différents groupes d'achat situés autour du pic St Loup ainsi qu'une présentation des initiatives menées par chacun d'eux .

Présents:
Yolande Amap de St Mathieu de Treviers
Claudette, Franck, Marianne Coop Miam Miam
Julien, Nelly Groupe de Claret
Françoise Groupe de Saint Martin de Londres- Association Pic'assiette

Chacun a présenté son groupe au cours d'un tour de table, avant que de parler des actions qu'il serait intéressant de porter ensemble.

Présentation de la Coop Miam-miam de Viol le Fort.

La coopérative est organisée autour d'une association au fonctionnement informel dont les buts sont d'avoir accès à une nourriture plus saine et locale et de soutenir l'installation d'exploitation en agriculture biologique.
La coop se réunit une fois par mois et réalise des achats groupés et a tissé des liens avec les producteurs aux alentours. Ils soutiennent les initiatives en difficulté.
La question de l'ouverture du groupe (à savoir diffuser les informations et faire un travail auprès de la population pour changer les habitudes de consommation) fait débat.
Le problème du nombre d'acheteurs prometteurs d'une économie et d'une agriculture locale est posé.
Attente par rapport à cette rencontre
Disposé d'un grand nombre de personnes pourraient permettre de faire pression sur les décideurs, notamment en ce qui concerne l'attribution des terres exploitables.
Il y a en effet des personnes qui souhaiteraient s'installer mais qui ne trouvent pas de terrain. Ici, la concurrence avec la spéculation immobilière semble difficile à surmonter.


Présentation de l'AMAP de Saint-Mathieu

L'AMAP s'est constitué autours d'une association. L'idée était de pouvoir aider un agriculteur bio à s'implanter et vendre sa production. Une première expérience a été tentée avec une agricultrice, mais celle-ci souhaitait conserver la vente de ses produits en dehors de l'AMAP, ce qui créa des incohérences dans le fonctionnement et mis fin à la collaboration. Un autre paysan a pris la relève en ne se consacrant qu'à l'AMAP et tout se passe pour le mieux. 22 paniers et 10 en hivers. Cette année l'objectif est de proposer 30  paniers.
Le soutien de l'AMAP ne s'arrête pas à l'achat de la production : aide à l'achat des semences, financement d' une partie des serres.
Le prix du panier hebdomadaire est fixé à 18€ et l'ensemble de la récolte est partagée.
L'association a fait des démarches pour avoir une aide permettant la mise en place de deux paniers solidaires cette année, et permettre ainsi à des familles en difficulté de bénéficier gratuitement d'un panier de légumes bio.
Autour de l'AMAP s'est également organisé une coopérative d'achats regroupant 45 familles. Le prix d'entrée est de 10€/ an, ce qui permet d'être inscrit à une liste de diffusion mail et d'être au courant des achats groupés (pain, œufs, volaille, fruits, veau...)

Le frein du prix a souvent été mis en avant pour expliquer le peu d'inclination à se tourner vers des initiatives du type de l'AMAP.
Des contacts ont été pris avec la mairie, le supermarché... afin de favoriser le développement de maraîchage bio et local, mais là encore le prix des terrains mais aussi le système déjà en place (achat des récoltes par des grandes centrales ; approvisionnement des supermarchés via Rungis...) bloque toute démarche locale.
Un des projets de l'AMAP est de permettre à un agriculteur bio de s'installer afin de fournir la cantine scolaire de Saint-Mathieu.



Présentation du groupe de Claret.

C'est surtout autour de l'achat de légumes que se centralisent les initiatives sur Claret. Un groupe de consommateurs s'est en effet créé pour acheter chaque semaine des légumes à un exploitant de St Hippolyte du Fort en agriculture raisonnée. Une liste mail a été ouverte et chacun passe sa commande, sans obligation d'achat ni de quantité. Les légumes sont ensuite livrés par l'exploitant. A partir de cette initiative, une partie du groupe créé s'est greffé à des groupements d'achat déjà existants pour se fournir en épicerie sèche, en agrumes etc... tout en diffusant ses propres opportunités d'acheter des produits locaux : oignons, huile, fromages, oranges...
A la différence des deux autres groupements d'achat, rien n'est vraiment organisé et, mis à part avec l'agriculteur, les propositions sont encore anarchiques.
Cependant, une volonté de s'organiser et de fédérer se met en place.



Ensuite, la discussion s'est tournée vers les choses que nous pourrions faire ensemble.

La question de l'installation de nouveaux agriculteurs a été soulevée, ainsi que celle du soutien aux initiatives. Un objectif (non acté ?) est ressorti : l'installation d'un exploitant dans l'année.

L'échange d'informations, échanges des contacts , de possibilités d'achats groupés ou encore de recettes a été proposé. L'idée d'avoir un espace internet ou tout cela pourrait prendre place est apparue favorablement.

L'ouverture vers d'autres associations qui réfléchissent sur des problématiques similaires liées à l'environnement, le « vivre ensemble », l'aménagement de l'espace, association autour du SCOT, par exemple... Pour élargir le cercle car 5 groupes constitués : 120 familles cela est peu.

Une action commune pourrait être en direction des consommateurs : information aux consommateurs, la mise en place d'une journée « type » journée des associations.

La réunion s'est terminée sur l'idée que des choses pouvaient être faite ensemble en profitant des échanges et de la mise en réseau, mais que toutes ces questions demanderaient encore des approfondissements.
Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]